Baisse de moral…

Aujourd’hui c’est pas la joie. Je suis une vraie boule de nerfs mais je n’arrive pas à parler, et quand j’ouvre la bouche c’est pour recaler hyper sèchement mes parents qui me demandent juste comment je vais. Je recommence à être un poison pour mon entourage, et ça me fait ch**r…

Je pense que ce « déclic maléfique » est dû à la formation que je suis censée commencer le 2 novembre, et la convocation au « pré-accueil » le jeudi 22 octobre. Les tests s’étaient très bien passés, j’ai eu de très bons résultats. Par contre l’entretien a soulevé quelques points fâcheux. Notamment mon absence totale de confiance en moi.

Donc après une longue réflexion pendant une insomnie ponctuée de nausées, j’ai pris la lourde décision de retirer ma candidature. J’ai préféré laissé ma place à une personne qui aura plus besoin de cette formation que moi.

Une fois ce choix fait, accompagné de quelques larmes et un demi paquet de cigarettes envolé en fumée, je suis devenue amorphe, comme si j’étais une coquille vide.

Je me suis rendue compte que j’étais encore trop bancale pour ce genre d’aventure. Mais j’ai surtout pris conscience que malgré le fait que je me répète que je vais bien, je ne fais que me mentir à moi même. Il est évident que je rechute et ça se voit comme le nez au milieu de la figure!

Quand on passe ses journées à errer dans la maison en jogging/pyjama avec les cheveux plus que gras, qu’on sort que quand on en a vraiment BESOIN, qu’on trouve de fausses excuses pour annuler une sortie, et que le téléphone portable est devenu son pire ennemi, faut être con pour pas comprendre qu’on se transforme en zombie.

Ma vie est une vague avec ses flux et reflux de dépression, comme si ma douleur immatérielle me laissait un court répit pour revenir me démolir encore plus fort que la fois précédente. C’est vraiment usant!! Je pensais vraiment que cette fois j’étais sortie d’affaire, que mes vieux démons étaient partis pour de bon. Mais là j’ai juste envie de m’abrutir avec des cachets, que ces petites molécules chimiques donnent l’ordre à mon cerveau d’arrêter de penser. Mais comme je suis clean depuis fin mai, je n’ai pu aucun médicament sous la main (à part mon traitement pour la thyroïde) Et ça m’obsède…

Je ressens si fort ce besoin de cachets.. Et en même temps je ne veux pas aller chez mon médecin pour qu’elle m’en prescrive. Je ne suis qu’une contradiction géante.

Mais je crois que cette fois c’est plus grave que les autres fois. J’ai pris conscience qu’à trop vouloir plaire à ma famille, à mon entourage, je ne savais même pas qui j’étais. J’ai une carapace pour me protéger mais je me suis rendue compte qu’il n’y a RIEN sous cette cuirasse. Je peux tenir une discussion sur l’actualité ou des futilités, mais je suis muette quand il s’agit de vraiment parler de moi, tout simplement parce qu’il n’y a rien à dire. Et puis je n’ai aucun but qui anime ma vie, je suis incapable de faire des projets. Je me lève le matin uniquement pour ne pas faire souffrir ma mère, à qui j’ai déjà fait beaucoup trop de mal avec mes idées noires.

Parfois je me dis que les seuls moments où je me sens bien sont quand je suis hospitalisée en clinique psychiatrique. Ma carapace se fend, j’arrive à pleurer un peu, les gens ne me jugent pas. En fait je me sens légère et paisible quand je suis coupée du monde extérieur.

Aussi, je tenais à remercier du plus profond de mon âme les personnes qui ont été touchées par mon histoire, et qui m’ont envoyé de jolis messages et commentaires qui m’ont brièvement mais sincèrement réchauffé le cœur ❤

Alors que dois-je faire? Je suis arrivée à bout de forces.. J’en ai assez de me bagarrer pour au final revenir au point de départ mais en pire.. Je suis perdue.. Est ce que cette fois la meilleure solution ne serai pas d’abandonner?

Rendez-vous sur Hellocoton !

http---signatures.mylivesignature.com-54493-78-4EB7A869FB6AB8AF76493CE219EB387E

Publicités

4 réflexions sur “Baisse de moral…

  1. Abandonner n’est jamais une solution, même si ça parait parfois tellement plus facile… Et on n’est jamais vide sous sa carapace! Tu ne te connais peut-être pas encore, tu n’as pas pris le temps parce que tu penses que tu n’en vaux pas la peine. Mais on en vaut tous et toutes la peine, et le plus beau trésor est sous ta coquille, justement. Un but dans la vie? découvre-toi, apprends-toi, comprends-toi. Fuck les autres, fuck les jugements, fais connaissance avec toi-même et traite-toi comme tu traiterais une amie, je te promets, ça change tout… Bon, je ne suis pas psy, je n’ai malheureusement pas LA réponse. Tout ce que je peux te dire, c’est que ça finit par aller mieux. Juré.

    J'aime

      • Et tu aurais bien tort, il ne m’a fallu qu’un post pour le savoir. D’ailleurs, comment savoir si quelqu’un vaut la peine sans apprendre à le connaître?

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s